Skip to main content

Huawei va-t-il vendre sa division Honor ?

Honor
(Crédit photo: TechRadar)

Huawei serait actuellement en pourparlers pour vendre une part plus ou moins considérable de sa filiale Honor. Un accord qui pourrait lui rapporter jusqu’à 3,2 milliards d’euros. Mais qui sortirait également la société chinoise du segment milieu de gamme, principalement fructueux sur les ventes de smartphones.

Honor a été lancée par Huawei en 2013 et cible les consommateurs recherchant des produits tech à la fois polyvalents, exigeants et accessibles. Cette entreprise prospère s’est depuis fait un nom sur le marché des smartphones mais aussi celui des montres et bracelets connectés. Elle se place en concurrence directe avec d’autres marques chinoises, telles que Xiaomi, Oppo ou Vivo. Aujourd’hui, les ventes de produits Honor, en Asie comme en Europe, représentent environ un quart des exportations mondiales de Huawei.

Qui seraient les repreneurs potentiels ?

Le rachat supposé d’Honor pourrait donc mettre fin à l'ambition court-termiste de Huawei de devenir le plus grand constructeur mobile mondial, après avoir été des mois au coude à coude avec Samsung. Il faut dire que la société a revu à la baisse ses objectifs et réévalue ses priorités suite à l'imposition de sanctions américaines qui ont sévèrement limité son accès à de multiples composants et technologies clés.

Selon Reuters, Huawei préfèrerait se recibler sur le marché du haut de gamme. Honor fonctionne en grande partie indépendamment de sa société mère, en poussant son propre calendrier de production et une stratégie marketing personnalisée. Cela inclut le choix des canaux de distribution et des opérations de recherche et développement totalement autonomes. Il est suggéré qu'Honor et ses partenaires amélioreraient leur positionnement international si l'entreprise était séparée de la maison-mère. Carelle ne serait plus soumise aux sanctions américaines.

Digital China, le principal distributeur des appareils Honor, est un prétendant apparent. Tout comme TCL et son rival national Xiaomi. La quantité exacte des actifs à saisir n'est pas tout à fait claire, elle pourrait inclure la marque Honor, le département R&D et toute la chaîne d'approvisionnement.

Interrogée par TechRadar Pro, Huawei a refusé d’émettre tout commentaire sur l’opération. 

Via Reuters