Skip to main content

Des milliards de téléphones ne pourront pas utiliser les applications de traçage du coronavirus

Application de tracking du covid-19
(Crédit photo: Shutterstock)

Le prochain système de traçage du virus Covid-19, mis en place par Apple et Google, ne pourra pas être activé sur plus de deux milliards de téléphones portables. Un constat amer pour le tandem de géants high-tech qui fait lutte commune contre la propagation du coronavirus, via le développement d’une nouvelle application mobile de pistage.

Comme le rapporte le Financial Times, ce système permettra aux propriétaires de smartphones Android ou iOS de déterminer s'ils ont été en contact ou non avec une personne infectée par le coronavirus, ce qui contribuera à ralentir la progression de la pandémie. Toutefois, l’application en question repose sur l’usage d’une puce Bluetooth à faible consommation d’énergie. Un composant spécifique qui manque à des centaines de millions de vieux smartphones, encore en circulation aujourd'hui. Cela signifie que les utilisateurs de smartphones obsolètes seront dans l’incapacité d’exécuter cette application et s’avéreraient, dès lors, plus susceptibles d'être infectés.

Analyste au sein du cabinet CCS Insight, Ben Wood se déclare très pessimiste sur la portée du système de traçage :

« La limitation technologique sous-jacente est liée au fait qu'il existe encore de nombreux téléphones sans connectivité Bluetooth, fonctionnant sous un système d’exploitation obsolète. Ils ne peuvent donc profiter des avantages offerts par cette application ».

Application de tracking du Covid-19 : comment ça marche ?

Le programme de géolocalisation déployé par Apple et Google nécessite une connexion Bluetooth pour échanger des balises d'identification. Si une personne a été ou est testée positivement au Covid-19, elle peut le déclarer sous anonymat. Via les balises, l’application repère tous les individus avec lesquels elle est entrée récemment en contact et leur conseille de s’isoler pendant deux semaines. Afin d'éviter que la maladie ne se propage davantage.

Problème : près d’un quart des smartphones actifs à l’heure actuelle n’embarque pas de puce Bluetooth. Ajoutons à ces derniers, 1,5 milliard de téléphones portables qui ne disposent pas de la configuration nécessaire pour télécharger et installer l’application d’Apple et de Google. Soit environ 40% du parc mobile international à ce jour.

Via The Financial Times