Skip to main content

La 5G à l’origine de la propagation du coronavirus - la folle rumeur qui peut mettre le feu à l’Europe

5G
(Crédit photo: Huawei)

Une théorie conspirationniste assez incroyable s'est répandue comme une trainée de poudre sur les réseaux sociaux, durant le week-end dernier. Selon cette dernière, les antennes 5G participeraient à la progression du virus Covid-19, en envoyant des ondes électromagnétiques qui affaibliraient notre système immunitaire. Plus troublant encore, la maladie serait apparue à Wuhan juste après le déploiement d’un réseau 5G dans l’épicentre chinois. Des affirmations démontées depuis par la communauté scientifique internationale, mais qui se propage rapidement sur Twitter et Facebook via le partage d’une vidéo déjà vue près de 500 000 fois.

En Angleterre, des militants anti-5G sont même passés à l’acte en attaquant des employés des télécommunications et en brûlant les mâts des antennes 5G. Ces incidents surviennent à un moment où les réseaux mobiles sont plus sollicités que jamais, par les citoyens confinés et par les télétravailleurs privés dès lors de toute connexion.

Parallèlement, la plupart des gouvernements européens et mondiaux commencent à utiliser les données de géolocalisation, envoyées par les smartphones, pour mieux cibler la propagation du virus et tenter de le contenir.

La 5G est sûre

Les militants anti-5G laissent entendre que les réseaux de nouvelle génération peuvent causer toute une série de problèmes de santé, bien que l'ensemble des travaux de recherche les plus récents réfutent ces allégations. La Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP), comme l’OMS, ont pris en compte plus de deux décennies de recherche et ont conclu qu'il n'y avait absolument aucun risque pour la santé publique, en provenance des antennes et du réseau 5G.

Victimes d’incendies criminels, les opérateurs mobiles anglais EE, O2, Three et Vodafone ont réitéré le rôle vital que les télécommunications jouent dans la crise actuelle et ont appelé les conspirationnistes à cesser leurs hostilités.

« Nous nous efforçons de garantir la fiabilité des réseaux mobiles à 100%, afin que vous, vos familles et vos entreprises, puissiez rester connectés au moment où vous en avez le plus besoin […] Malheureusement, nous avons connu des cas de vandalisme sur les mâts de téléphonie mobile et des agressions perpétrées sur nos ingénieurs. Dans certains cas, ces incidents ont empêché la maintenance essentielle du réseau ».

Ce cri d’alarme a été relayé par la GSMA, représentant l’ensemble des entreprises de télécommunications dans le monde, l’organisme craignant que le phénomène violent prenne de l’ampleur en dehors du Royaume-Uni.

« Il est déplorable que des infrastructures majeures pour les télécommunications soient attaquées sur la base de suppositions totalement fausses », a déclaré Mats Granryd, directeur général de la GSMA. « Nous demandons à tous de faire confiance aux autorités sanitaires et de s'assurer que les technologies de communication soient sûres. Il n'y a pas de lien entre la 5G et le COVID-19 ».