Skip to main content

Test du SSD externe Samsung T7 Shield 1To

Les SSD externes robustes sont nombreux mais Samsung veut être le nouveau numéro un.

Samsung T7 Shield Review Hero
(Image: © Future)

TechRadar Verdict

Le Samsung T7 Shield est une évolution incluant une amélioration assez marginale de la gamme T7 ; il ajoute la norme IP65 au T7 et c'est à peu près tout. Ce n'est pas intrinsèquement un mauvais produit, juste un produit qui n'est pas assez compétitif. À moins que vous ne vouliez rester fidèle à la marque Samsung, il existe des options plus abordables et mieux protégées, même chez Samsung.

Pros

  • +

    Certification IP

  • +

    Très belle conception

  • +

    Compact

Cons

  • -

    Performances peu enthousiasmantes

  • -

    Cher

Le test en résumé

Le Samsung T7 Shield est un SSD externe durci et est le troisième membre de la famille T7, après le T7 et le T7 Touch lancés en 2020. Ce dernier nous a durablement impressionné car il apportait une fonctionnalité qui n'était jamais proposée à ce niveau de prix - un lecteur d'empreintes digitales. Le T7 Shield fait le contraire : il apporte une fonctionnalité assez commune à un prix plus élevé. Oui, il est un peu plus robuste et oui, ses performances sont décentes sans être exceptionnelles. Idem pour la garantie de 3 ans. En dehors de la notoriété du fabricant, il n'existe pas beaucoup de raisons impérieuses pour lesquelles on devrait acheter le T7 Shield quand une pléthore d'alternatives viables existent.

Samsung T7 Shield : prix et disponibilité

Le T7 Shield (s'ouvre dans un nouvel onglet) est disponible en noir, bleu et beige et dans des capacités de 1 To et 2 To pour respectivement 180€ et 320€ environ. Il n'y a pas de modèles de 500 Go ou 4 To.

Design

(Image credit: Future)

Samsung T7 Shield: Design

Dans la lignée du T5, du T7 et du T7 Touch, le T7 Shield adopte le même design que ses prédécesseurs en s'en tenant à un corps en aluminium entièrement métallique (excellent pour la conductivité) et recouvert de caoutchouc pour la résistance. Le dernier SSD externe de Samsung est classé IP65 (et non IP68) et peut résister à des chutes allant jusqu'à 3 mètres. Avec un poids de moins de 100 g et des dimensions de 88 x 59 x 13 mm, il est très portable comme ses prédécesseurs et conserve la même forme générale.

USB-C Port

(Image credit: Future)

À part le connecteur Type-C (USB 3.2 Gen2), il n'y a pratiquement rien à signaler. 

Hardware

(Image credit: Future)

Samsung T7 Shield: Hardware

Nous n'avons pas ouvert le T7 Shield mais un porte-parole de la marque nous a confirmé que le T7 Shield utilisait la sixième génération de Samsung V-NAND, à 128 couches, avec un contrôleur DRAMLess NVMe fourni par Samsung. Donc, en termes d'architecture, le T7 Shield est meilleur que le T7.

Le pack T7 Shield contient deux câbles, l'un avec un connecteur de type A et l'autre de type C. Ce dernier permet au SSD externe de se brancher facilement sur un appareil mobile comme une tablette ou un smartphone.

Samsung Portable SSD App

(Image credit: Future)

Samsung T7 Shield: Performance

Benchmarks

Voici les performances du Samsung T7 Shield dans notre série de tests :

CrystalDiskMark: 970MBps (read); 944MBps (write)

Atto: 928MBps (read, 256mb);  881MBps (write, 256mb)

AS SSD: 864MBps (seq read); 833MBps (seq write)

AJA: 827MBps (read); 812Mbps (write)

Deux applications logicielles sont fournies avec le T7 Shield :

- Magician, qui est un utilitaire de stockage SSD, qui aide à garder le dispositif en forme ;

- Portable SSD, qui permet à l'utilisateur de protéger par mot de passe (et donc de verrouiller) le contenu du SSD portable.

Ces deux applications auraient-elles pu être combinées ? Absolument. Étant donné que Samsung offre Microsoft OneDrive avec tous ses récents smartphones Galaxy, nous aimerions voir une telle offre de stockage pour le T7 Shield afin de permettre la sauvegarde des données dans le cloud.

 Samsung affirme que le T7 Shield peut atteindre jusqu'à 1,05 Go/s et 1 Go/s respectivement en lecture et en écriture, ce qui est en ligne avec le T7 Touch. Dans nos tests de référence synthétiques, les vitesses de lecture allaient de 827 à 970MBps tandis que les vitesses d'écriture allaient de 812 à 944MBps. Lors de nos transferts de fichiers réels de 10 Go, la vitesse moyenne était de 477,3 Mo/s, soit environ 20 % de moins que le Kingston XS2000.

Faut-il acheter le Samsung T7 Shield?

Achetez-le si :

Vous voulez la tranquillité d'esprit associée à une marque haut de gamme. Le T7 Shield est plus cher que la plupart de ses concurrents et nous pensons que le T7 Touch, malgré son absence d'indice IP, est peut-être un meilleur choix. Si vous voulez une protection supplémentaire, achetez simplement une coque en silicone.

Ne l'achetez pas si :

Vous voulez le meilleur rapport qualité-prix pour un SSD externe robuste. Le T7 Shield se situe dans la moyenne en ce qui concerne son classement par rapport à la concurrence. D'autres sont soit moins chers pour les mêmes performances, soit plus rapides pour le même prix.

Les concurrents à envisager

Le SSD Sandisk Extreme Portable (s'ouvre dans un nouvel onglet) égale le T7 Shield en termes de performances et de capacité. Il l'écrase complètement en ce qui concerne le rapport qualité-prix. Il est nettement plus grand et sa couleur orange flashy n'est peut-être pas du goût de tout le monde, mais nous apprécions le mousqueton et le fait qu'il existe aussi un modèle de 4 To.

Le SE800 d'Adata (s'ouvre dans un nouvel onglet) est l'un des SSD externes les plus sous-estimés. C'est un modèle entièrement étanche (IP68 contre IP65 pour le T7 Shield) et il surclasse tous ses rivaux en termes de rapport qualité-prix.

Le Kingston XS2000 (s'ouvre dans un nouvel onglet) est classé IP55, mais il bénéficie d'une garantie plus longue et d'un prix plus avantageux. Il est beaucoup plus rapide que le T7 Shield, avec l'avantage supplémentaire de bénéficier d'une augmentation de vitesse si vous disposez d'un système USB3.2 Gen2x2 compatible.

Testé en avril 2022.

Desire Athow
Managing Editor, TechRadar Pro

Désiré has been musing and writing about technology during a career spanning four decades. He dabbled in website builders and web hosting when DHTML and frames were in vogue and started narrating about the impact of technology on society just before the start of the Y2K hysteria at the turn of the last millennium.