Skip to main content

Le drone Ingenuity repousse enfin les limites de l’exploration martienne

Ingenuity photographie de près la surface martienne
(Crédit photo: NASA/JPL-Caltech)

Le drone Ingenuity remplit avec succès sa mission initiale confiée par la NASA : prendre et transmettre de nouveaux clichés inédits de Mars. Mais comme les nombreux robots explorateurs qui l'ont précédé sur la planète rouge, Ingenuity voit ses objectifs évoluer au fil des jours martiens. Sa prochaine tâche : repérer des sites potentiels que le rover Perseverance pourra par la suite étudier au sol.

Ingenuity a toujours été conçu comme un assistant davantage que comme un explorateur fonctionnel. Lorsque la NASA a annoncé qu'elle ferait atterrir des drones robotisés sur Titan, la lune de Saturne, dans les années 2030, la question de la faisabilité d'un tel projet s'est posée. Elle se pratique désormais sur Mars.

Les humains explorent cette planète depuis 57 ans, principalement via des connexions satellites. Ingenuity est la preuve qu’ils peuvent aujourd’hui y contrôler des drones. Mais tout comme le rover Opportunity, dont le premier séjour de 90 jours s'est transformée en installation à long terme (15 ans d’exploration), les ingénieurs du Jet Propulsion Laboratory (NASA-JPL), en Californie, ont trouvé de nouveaux moyens d’occuper Ingenuity, notamment la recherche de sites potentiels intéressants et inédits, mais aussi la localisation du moindre danger à proximité.

Après la première collecte d’échantillons du sol martien par Perseverance, inexploitable, les scientifiques de la NASA ont mis en cause la nature infertile du sol. "Les équipes scientifiques et techniques pensent que le caractère unique de cette roche et ses propriétés matérielles sont les principaux facteurs qui contribuent à la difficulté d'en extraire une carotte (échantillon)", explique Louise Jandura, ingénieur en chef de NASA-JPL. "Par conséquent, nous nous dirigerons vers le prochain site d'échantillonnage à South Séítah, le point le plus éloigné de notre investigation actuelle”.

Comme l’itinéraire entre la position de Perseverance à ce jour et les nouveaux sites exploitables n’est pas parfaitement plat, le rover de 2,7 milliards de dollars pourrait se retrouver coincé et abandonné en s’y rendant par lui-même. Avec personne pour le sortir d’une telle situation. 

C'est là qu’Ingenuity entre en jeu. Selon Space.com, les multiples caméras embarquées du drone peuvent jauger le terrain et déterminer la route la plus simple à suivre pour atteindre la région voisine de South Séítah. Ce type de manœuvre n'a jamais été effectué auparavant par Ingenuity, mais il semble qu'il s'en soit bien accommodé. Il vient en effet d’effectuer son 12e vol, ajoutant environ 450 mètres d’exploration aux 2,2 km qu'il a déjà parcourus et 2 minutes 49 minutes de vol aux 19 minutes déjà pratiquées.


Ingenuity ouvre la voie, Dragonfly marquera l’Histoire

Le concept de Dragonfly, le drone destiné à l'exploration de Titan

(Image credit: NASA/JPL)

Ingenuity n’est pas pour autant un symbole de performance. De la taille d’une petite boîte de chaussures, il n’a pas le pedigree d’une Maserati en termes de vitesse et d’autonomie. Dragonfly, le drone autonome de la NASA qui volera sur Titan sera à coup sûr un Ingenuity sous stéroïdes. 

Doté d'une grande autonomie et envoyé sur Titan au sein d'une flotte de drones, Dragonfly nous donnera notre premier aperçu de ce nouveau monde inexploré et de son cycle météorologique particulier - il y pleut du méthane.  

On pense également qu'il existe un océan d'eau contenant des sels et de l'ammoniac à environ 55 à 80 kilomètres sous sa surface glacée. La communauté scientifique considère qu’il s’agit d’un des rares endroits du système solaire qui pourrait être propice à la vie.

Ainsi, dans tous les domaines qui comptent, Ingenuity prépare le terrain pour les drones Dragonfly que nous allons envoyer sur Titan. Sans doute la mission la plus cruciale de la NASA durant la décennie à venir. 

John Loeffler

John (He / Him / His) is TechRadar's Computing Staff Writer and is also a programmer, gamer, activist, and Brooklyn College alum currently living in Brooklyn, NY. Named by the CTA as a CES 2020 Media Trailblazer for his science and technology reporting, John specializes in all areas of computer science, including industry news, hardware reviews, PC gaming, as well as general science writing and the social impact of the tech industry.


You can find him online on Twitter at @thisdotjohn


Currently playing: Valheim, Darkest Dungeon, Satisfactory