Skip to main content

Méfiez-vous des faux profils sur LinkedIn

Faux profils sur LinkedIn
(Crédit photo: Stanford Internet Observatory / NPR)

Des experts du Stanford Internet Observatory, en partenariat avec NPR, ont découvert des milliers de profils LinkedIn exploitant des photos de profil ainsi que des CV factices. 

Selon les chercheurs Renée DiResta et Josh Goldstein, il semblerait que plus de 1 000 profils utilisent des photos et des expériences professionnelles générées par l'IA, repérées aujourd’hui en raison de leurs attributs trop parfaits. 

NPR rapporte que nombre de ces faux profils sont utilisés comme outil de marketing pour susciter l'intérêt des entreprises réelles. Un faux profil contacte un responsable des achats ou un dirigeant (authentiques, eux). Si ce dernier se montre intéressé, il est alors démarché par un commercial. 

Une analyse a révélé que plus de 70 entreprises se dissimulaient derrière ces profils factices. Certaines d'entre elles ont déclaré à NPR qu'elles avaient engagé des spécialistes du marketing externe pour développer leurs ventes. Une des raisons de l'utilisation de faux profils pourrait être de contourner les limites de LinkedIn sur le volume de messages organiques envoyés par jour. 

"Nos politiques indiquent clairement que chaque profil LinkedIn doit représenter une personne réelle. Nous mettons constamment à jour nos défenses techniques pour mieux identifier les faux profils et les exclure de notre communauté, comme nous l'avons fait dans ce cas", a déclaré Leonna Spilman, porte-parole de LinkedIn. 

"En fin de compte, il s'agit de s'assurer que nos membres peuvent se connecter avec de vraies personnes, et nous garantissons un environnement fiable pour qu’ils puissent entrer en contact sans la moindre suspicion".

Une pratique de plus en plus prisée

L'anonymat offert par Internet est le terreau idéal pour toutes sortes d'usurpations d'identité. Facebook lutte depuis des années contre les faux comptes. Le service en supprime plus d'un milliard par trimestre, ce qui souligne l'ampleur du problème. Twitter, lui aussi, est inondé de comptes fakes, avec des avatars en forme d'œuf. 

Les faux comptes sont exploités pour diffuser des messages spécifiques, pour escroquer les gens et pour générer du buzz autour de certains sujets. 

Dans le cas de LinkedIn, il semble que les faux comptes servent à vendre des services et des produits dispensés par des entreprises bien réelles. RingCentral, l'une des entreprises apparemment mises en cause, a depuis pris ses distances avec le procédé. 

"Ce n'est pas notre façon de faire des affaires", s’est défendue Heather Hinton, responsable de la sécurité des systèmes d’information chez RingCentral, dans une interview accordée à NPR. "La technologie évolue plus vite que nos capacités à la suivre. Et nous devons simplement nous montrer de plus en plus vigilants quant à ce que nous faisons et ce que nos prestataires vont faire en notre nom."

Via NPR

Max Slater-Robins has been writing about technology for nearly a decade at various outlets, covering the rise of the technology giants, trends in enterprise and SaaS companies, and much more besides. Originally from Suffolk, he currently lives in London and likes a good night out and walks in the countryside.