Skip to main content

La "boîte noire" de la Terre veut suivre la disparition ou la survie de l’humanité d’ici à 2100 - et peut-être au-delà

La boîte noire de la Terre
(Crédit photo: Earth's Black Box)

Un nouveau projet universitaire mené en Tasmanie prévoit de concevoir une "boîte noire" de la planète, qui observera et enregistrera des données sur l'aggravation de la crise climatique - ainsi que sur nos efforts pour éviter le réchauffement climatique, ou notre inaction.

Baptisée Earth's Black Box (boîte noire de la Terre), cette initiative est née de la collaboration entre l'université de Tasmanie, Clemenger BBDO, une société de communication, et Glue Society, un collectif d'artistes et de réalisateurs. 

La boîte noire commencera à "enregistrer chaque pas que nous faisons vers cette catastrophe" tôt en 2022, selon la vitrine en ligne du projet.

"Le but de ce dispositif est de fournir un compte-rendu impartial des événements qui conduisent à la disparition de la planète, de responsabiliser les générations futures et d'inspirer une action urgente."

La boîte noire ressemble à un monolithe de 10 x 4 x 3 mètres qui semble avoir été renversé sur le côté, avec un coin en saillie. Celui-ci expose au soleil une face de ladite boîte, couverte de panneaux solaires et collectant discrètement les données climatiques.

La façade de la boîte noire en Tasmanie

(Image credit: Earth's Black Box)

Selon ABC News (opens in new tab), la boîte sera dotée d'une coque en acier de 7,5 centimètres d'épaisseur protégeant un petit entrepôt de disques de stockage et d'équipements de communication, ainsi que des batteries de secours au cas où l'énergie solaire ne serait plus disponible. Il sera également doté d'une connexion Internet afin de pouvoir archiver les informations recueillies.

Outre les températures terrestres et océaniques, la progression de l'acidification des océans, de l'extinction des espèces et des niveaux de CO2 dans l'atmosphère, la boîte noire surveillera la croissance démographique, les dépenses militaires déclarées par chaque nation et d'autres chiffres géopolitiques pertinents.

La boîte noire parcourra également le web à la recherche d’actualités et de contributions sociales liées au changement climatique. Tout cela sera conservé pour la postérité en cas d'effondrement de la civilisation - une sorte de témoignage posthume.

Elle documentera les potentielles grandes famines, sécheresses et migrations de masse à venir, pour servir de mémoire aux générations post-catastrophes. 

Le plan prévoit que la boîte noire de la Terre soit construite sur un affleurement rocheux de la côte ouest de la Tasmanie, choisie pour sa stabilité politique et géologique.

"La fin de l'histoire ne dépend que de nous", peut-on lire sur la page d'accueil de la boîte noire de la Terre. "Une seule chose est sûre, vos actions, inactions et interactions sont désormais enregistrées".

TechRadar a contacté les administrateurs du projet Earth's Black Box pour obtenir des détails sur la capacité de stockage et la durée d'enregistrement programmées de la boîte noire. Ainsi que sur ses espoirs et ses attentes de succès pour inspirer une politique climatique plus offensive. Nous mettrons cet article à jour dès que nous aurons reçu une réponse. 


Il est important de ne pas céder au fatalisme climatique

Il est facile de désespérer en ce moment face à l'inaction climatique, mais cela ne fait pas progresser la cause pour autant. Une certaine appréhension du changement climatique est aujourd’hui en place, demain il s’avérera encore temps d'éviter les pires effets d'un réchauffement de 2,5 ou 3 degrés Celsius.

Le temps presse, il est donc important de ne pas condamner l'humanité à son sort et de poursuivre les efforts nécessaires pour ramener les températures moyennes de la planète en dessous de 1,5 degré de réchauffement avant la fin du siècle. Un objectif qui, selon les climatologues, conduirait à une catastrophe supportable, voire gérable, mais qui laisserait la civilisation intacte.

Si l'on abandonne maintenant, on s'assure que les 2,7 degrés de réchauffement ou plus que nous sommes en train de viser seront fixés d'ici quelques décennies. Un monde avec un tel réchauffement est tout simplement impossible à envisager, car l'humanité n'a jamais vécu dans un tel monde. Dans ce scénario pessimiste, il est probable que la boîte noire de la Terre constituera le dernier témoignage de notre échec.

John (He/Him) is the US Computing Editor here at TechRadar and he is also a programmer, gamer, activist, and Brooklyn College alum currently living in Brooklyn, NY. 


Named by the CTA as a CES 2020 Media Trailblazer for his science and technology reporting, John specializes in all areas of computer science, including industry news, hardware reviews, PC gaming, as well as general science writing and the social impact of the tech industry.


You can find him online on Twitter at @thisdotjohn


Currently playing: EVE Online, Elden Ring.