Skip to main content

Google Photos : vos vidéos personnelles partagées avec de parfaits inconnus ?

Google Photos
(Crédit photo: Shutterstock)

Google a confirmé qu’une importante fuite de données personnelles s’était produite au sein de ses services. Et pas n’importe lesquelles puisqu’il s’agit de sa plateforme de stockage photo et vidéo. Nombre d’utilisateurs, ayant procédé à un export de fichiers via Google Photos, auraient vu lesdits contenus expédiés à des destinataires totalement inconnus.

Le « problème technique » n’est pas récent. Le site 9to5Google le date en effet entre les 21 et 25 novembre 2019. Google reconnait les faits mais n’a alerté ses utilisateurs potentiellement concernés que récemment, par e-mail.

La fuite implique uniquement des fichiers vidéo (et non les photos), qui ont été accidentellement exportées vers les galeries d'autres utilisateurs. A condition que ces derniers sauvegardaient leur compte Google Photo en même temps que la victime.

Les membres affectés ont reçu des courriels assez vagues de la part du support client Google, les informant simplement qu'une ou plusieurs vidéos de leur espace Google Photos se sont retrouvées déplacées aléatoirement sur de nouvelles galeries. Sans préciser la nature ni le nombre de vidéos compromises. Encore moins le volume de partages de ces vidéos (et donc de personnes ayant eu un accès permanent).

Google signale également que les transferts suspects pendant cette période s’avèrent partiels et incomplets. Il est donc utile de vérifier votre compte pour s'assurer qu'aucune vidéo ne manque dans vos archives.

Mieux vaut tard que jamais

Google indique que ses techniciens ont effectué une analyse approfondie pour trouver la cause du problème et s'assurer qu'une telle catastrophe ne se reproduise plus.

Seule une infime partie des utilisateurs de Google Photos ont été touchés par le bug (environ 0,01 % selon les estimations de Google). La firme de Mountain View a publié un correctif quelques jours après la révélation de l’anomalie. Toutefois, il est alarmant de constater qu'il a fallu plus de deux mois pour alerter ses usagers.