The Last of Us : notre critique de la série

Une aventure post-apocalyptique émouvante, malgré un manque d'originalité.

Bella Ramsey et Pedro Pascal dans The Last of Us
(Image: © HBO)

TechRadar Verdict

The Last of Us est une adaptation imparfaite mais indéniablement fidèle au titre PlayStation du développeur Naughty Dog. Les showrunners Neil Druckmann et Craig Mazin propose une série dont la fidélité à son matériau d'origine est à la fois une bénédiction et une malédiction. L'aventure post-apocalyptique de Joel et Ellie reste sincère et impitoyable, bien que sa dépendance à un genre désormais familier rende The Last of Us moins révolutionnaire et plus banal que d'autres séries du catalogue de prestige de HBO. Pedro Pascal et Bella Ramsey, dans leurs rôles respectifs, sont parfaitement interprétés, et au fil des épisodes font monter les enchères émotionnelles. Mais l'appréciation des spectateurs dépendra probablement de leur penchant pour les drames apocalyptiques à combustion lente.

Pros

  • +

    La justesse des acteurs principaux

  • +

    Une histoire puissante

  • +

    Une mise en scène convaincante

Cons

  • -

    La prémisse semble fatiguée dans ce média.

  • -

    Un peu plus d'action, s'il vous plaît

Pourquoi pouvez-vous faire confiance à TechRadar ? Nos examinateurs experts passent des heures à tester et à comparer les produits et services afin que vous puissiez choisir le meilleur pour vous. En savoir plus sur la façon dont nous testons.

Vous savez probablement déjà que la série est une adaptation du jeu vidéo du même nom, une exclusivité PlayStation en vue à la troisième personne à laquelle le magazine Empire (s'ouvre dans un nouvel onglet) attribue le titre de "Citizen Kane du jeu vidéo". Mais si le fait d'être ancré dans l'un des matériaux sources les plus appréciés de la culture populaire moderne est une bonne chose sur le papier, cela signifie également que The Last of Us est confronté à tous les espoirs, attentes et réserves quant à ce qu'il devrait ou ne devrait pas être.

Comment, dès lors, évaluer The Last of Us en tant que série télévisée autonome - qui sera certainement regardée par plus de personnes qui n'ont pas joué au jeu que par celles qui l'ont fait ? La réponse, peut-être, serait de faire deux critiques - l'une écrite par quelqu'un qui a déjà une compréhension de l'histoire du scénariste du jeu Niel Druckmann, l'autre par quelqu'un qui n'en a pas. Au final, votre opinion sur The Last of Us dépendra de ce que vous en attendez. 

La réalisation

Série TV The Last of Us

Ellie et Joel regardent les restes d'un accident d'avion dans la campagne du Massachusetts. (Image credit: HBO)

Commençons par un bref rappel de ce dont il s'agit. The Last of Us raconte l'histoire de Joel et Ellie (interprétés ici par les anciens de Game of Thrones, Pedro Pascal et Bella Ramsey), un duo improbable qui tente de traverser une Amérique post-apocalyptique à la suite d'une épidémie fongique qui a transformé la plupart de la population mondiale en créatures sauvages, mangeuses d'hommes, connues simplement sous le nom d'"infectés". En dire plus sur les raisons qui poussent les deux personnages à risquer leur vie pour traverser le pays risque de gâcher les premiers épisodes de la série, mais sachez que Joel et Ellie ont tous deux leur part de squelettes dans le placard. 

Du point de vue de l'adaptation, Neil Druckmann et le co-showrunner Craig Mazin (Tchernobyl) impressionnent par leur réalisation en prises de vue réelles du monde ravagé par la pandémie du jeu. The Last of Us est tout aussi sinistre et macabre que son matériau d'origine, avec une esthétique qui capture la même atmosphère de désespoir malgré les 10 ans de décalage avec la série. Une séquence de l'épisode d'ouverture de la série (qui retrace le début de l'épidémie de Cordyceps du point de vue de Sarah, la fille de Joel) est particulièrement forte, et au fil des épisodes les paysages urbains envahis par la végétation sont remplacés par des chaînes de montagnes enneigées, ce qui donne au monde de The Last of Us un sentiment d'immensité et de stérilité magnifique. 

Pedro Pascal et Bella Ramsey sont aussi convaincants l'un que l'autre dans les rôles de Joel et Ellie, mais pour des raisons différentes. Le premier met tout son machisme de Mandalorien pour incarner Joel en père de famille complexe devenu tueur à gages, tout en conservant le sens de l'humour. Comme dans le jeu, l'alchimie entre Joel et Ellie grandit après chaque rencontre désagréable, et le couple développe une relation paternelle. Neil Druckmann qui est devenu père pendant le tournage de la série reconnait que son expérience l'a d'ailleurs beaucoup inspiré pour la série. 

Bella Ramsey et Pedro Pascal dans The Last of Us

Bella Ramsey et Pedro Pascal jouent respectivement les rôles de Joel et Ellie dans The Last of Us. (Image credit: HBO)

Bella Ramsey, en revanche, incarne une Ellie légèrement différente de celle que vous connaissez peut-être (ou pas) déjà. L'ancienne star de Game of Thrones joue le rôle de la compagne de route de Joel comme un contrepoids intelligent au pessimisme implacable de son escorte. Cette Ellie est moins réfléchie et plus confiante, toujours prête à donner un coup de poing (ou une punchline) en cas de besoin. Bella Ramsey semble prendre de l'ampleur au fur et à mesure que The Last of Us progresse, ce qui est peut-être simplement dû à notre familiarité accrue avec son interprétation (d'autant plus qu'il est peu probable que les épisodes aient été tournés chronologiquement). 

Les sarcasmes constants de Ellie donnent également du poids aux moments les plus poignants de The Last of Us. Elle est souvent obligée de faire face aux vestiges d'un monde dans lequel elle n'a jamais vécu, et ces séquences - où ses plaisanteries passent nettement au second plan - fournissent à la série de HBO le carburant émotionnel dont elle a besoin pour que la traversée de villes abandonnées et de campements de fortune vaille la peine d'être suivie par le spectateur. L'épisode 7, en particulier, qui couvre le DLC Left Behind du jeu, offre la scène la plus puissante de la série, et c'est là que Bella Ramsey prouve vraiment son talent d'interprète. 

Un petit air de déjà vu

Joel et Ellie se promènent dans la série télévisée The Last of Us

Joel et Ellie se promènent dans une ville abandonnée dans The Last of Us. (Image credit: HBO)

Les séquences émotionnelles de The Last of Us mettent en relief ses moments les plus banals. Par nature, l'histoire est lente, mais l'interactivité inhérente au format du jeu vidéo signifie que, dans le jeu, une combinaison de périls et d'intrigues se cache à chaque coin de rue, ce qui maintient le joueur engagé et, par extension, immergé dans le monde de The Last of Us. Pour des raisons évidentes, la série télévisée de HBO n'est pas jouable, mais seulement regardable - le téléspectateur n'a pas la possibilité de se lever et d'explorer (ou de se battre) par lui-même dans ces États-Unis post-apocalyptiques.

Le résultat est une série de rencontres trop familières - avec des zombies, des survivalistes, des membres de familles éloignées et des organisations gouvernementales militantes - que nous avons déjà vues une douzaine de fois dans des aventures d'apocalypse similaires en live-action. The Last of Us était un jeu révolutionnaire parce que son cadre conventionnel était rendu non conventionnel. 

Bien sûr, ce n'est pas quelque chose que Niel Druckmann et Craig Mazin peuvent faire - sa nature en tant qu'adaptation signifie que The Last of Us est largement redevable à son matériel source - mais la série pourrait bénéficier de plus de déviation narrative, afin d'offrir quelque chose de nouveau à ceux qui sont déjà familiers avec le jeu. 

Cela ne veut pas dire que The Last of Us n'avance pas sur un terrain nouveau. Comme l'ont expliqué ses showrunners dans une interview accordée à TechRadar (en anglais), la série apporte parfois un nouvel éclairage sur les origines de l'épidémie, ainsi que sur l'histoire d'un personnage qui n'apparaît que brièvement dans le jeu. Mais dans l'ensemble, il s'agit d'une copie conforme de l'aventure de Joel et Ellie dans le jeu, ce qui rend la comparaison inévitable et les véritables surprises rares. 

Quelques séquences d'action supplémentaires ne seraient pas de trop. The Last of Us se préoccupe à juste titre davantage de ses personnages humains que de ses infectés, mais les "claqueurs" de la série (infectés au 3e stade) sont suffisamment effrayants pour mériter plus qu'une apparition fugace.

Notre verdict

Bella Ramsey et Anna Torv dans The Last of Us

Anna Torv (à droite) joue le rôle de Tess, la partenaire de Joel, dans The Last of Us. (Image credit: HBO)

En fonction de votre intérêt pour les histoires d'amour, de perte et de zombies, The Last of Us vous apparaîtra comme une version parfaite d'une histoire que vous connaissez déjà ou comme un drame touchant mais sans surprise. 

Dans la série, les moments les plus lents du jeu sont plus pesants que captivants, mais les performances respectives de Pedro Pascal et Bella Ramsey font du voyage de Joel et Ellie à travers les États-Unis frappés par une pandémie une aventure qui vaut la peine d'être suivie. 

La diffusion démarrera le 15 janvier aux Etats-Unis et le 16 janvier en France. C'est Amazon prime Vidéo qui récupère finalement le catalogue de HBO. Ce dernier était diffusé en France via OCS. Mais Orange (propriétaire d'OCS) a décidé d'arrêter les frais et de vendre sa plate-forme à Canal+ et de ne pas renouveler son accord avec HBO.

Axel Metz
Staff Writer

Axel is a London-based staff writer at TechRadar, reporting on everything from the newest movies to latest Apple developments as part of the site's daily news output. Having previously written for publications including Esquire and FourFourTwo, Axel is well-versed in the applications of technology beyond the desktop, and his coverage extends from general reporting and analysis to in-depth interviews and opinion. 


Axel studied for a degree in English Literature at the University of Warwick before joining TechRadar in 2020, where he then earned a gold standard NCTJ qualification as part of the company’s inaugural digital training scheme.