Skip to main content

Test DJI Avata

Une introduction ludique mais onéreuse au pilotage de drones FPV.

DJI Avata
(Image: © Mark Pickavance)

TechRadar Verdict

Le DJI Avata est un petit drone FPV (first person view ou vue à la première personne) intuitif mais coûteux pour les débutants. Il est plus lent que l'actuel DJI FPV, mais dispose d'une meilleure caméra et d'une capacité accrue à faire face aux obstacles. Bien qu'il soit plus léger et plus agile que son aiîné, le prix de l'Avata pourrait le maintenir sur un créneau relativement restreint.

Pros

  • +

    Le grand capteur produit une qualité vidéo appréciable

  • +

    Nouvelles lunettes Goggles idéales pour les petits drones

  • +

    Conception robuste avec peu de pièces de rechange

Cons

  • -

    Pas de mode manuel avec le contrôleur de mouvements standard

  • -

    Emplacement pour carte micro SD peu pratique

  • -

    Sac de transport non fourni

Le DJI Avata en résumé

Fiche technique

Capteur : CMOS 1/1,17 pouces
Optique : FOV ultra large (155 degrés), mise au point fixe, ouverture f/2.8
Fréquence d'images vidéo : 4K/60fps, 2,7K/120fps, 1080/120fps
Débit binaire maximal : 150 Mbps
Stabilisation : Cardan 1 axe, RockSteady et HorizonSteady EIS
Transmission : DJI O3+
Temps de vol stationnaire maximum : 18 minutes
Poids : 410 g
Dimensions : 142 x 94 x 55 mm

Lorsque DJI a livré son premier drone FPV à la fin du mois de mars 2021, celui-ci a été très vite considéré comme une passerelle curieuse et légèrement imparfaite entre les drones professionnels réclamant des compétences de pilotage avancées… et les drones grand public gérés par ordinateur qui font aujourd’hui la renommée de DJI.

Le nouveau DJI Avata a été conçu pour répondre à certaines des critiques formulées à l'encontre du design du modèle FPV, tout en conservant son objectif principal : faire sortir les pilotes de drones de leur zone de confort et les faire entrer dans le monde exaltant du vol totalement immersif.

Avec ses 410 grammes, l'Avata est deux fois moins lourd que son prédécesseur, et ce modèle plus petit et plus agile se veut également doté d'une meilleure caméra. Selon le pack que vous achetez, vous pouvez l'obtenir avec les dernières lunettes Goggles 2 de DJI.

Le drone est fourni avec le contrôleur de mouvements DJI Motion Controller et non avec la DJI FPV Remote Controller 2. Une association peu conventionnelle qui vous prive de quelques manœuvres, comme la capacité de voler en arrière.

DJI estime qu'il s'agit d'un point de départ plus intuitif et plus convivial pour les débutants. Bien que vous puissiez voler en modes Normal et Sport à l'aide du contrôleur de mouvements fourni - pour obtenir l'expérience complète du mode Manuel - il faut utiliser la radiocommande DJI FPV 2 pour l’exploiter pleinement. Et celle-ci coûte plus cher.

Le point critique ici est que le vol immersif est une évolution majeure par rapport au type de vol proposé par les drones plus classiques de DJI. Tous les pilotes ne l'apprécieront pas immédiatement, et l’achat d’un drone FPV pourrait s’avérer une erreur très coûteuse.

Le DJI Avata est une entrée mieux considérée et plus raisonnable pour se former au vol FPV. Pour les photographes et vidéastes qui n’ont pas le mal de l’air, tout en disposant d'espaces assez ouverts pour voler, l’Avata peut être un véritable plaisir à piloter, mais l'obtention de cette expérience implique un investissement important.

Prix et disponibilité

  • Annoncé le 22 août 2022
  • Prix recommandé sans accessoire : 579 €
  • Le pack Pro View Combo avec les lunettes Goggles 2 coûte 1 429 € 

Il existe plusieurs façons d'acquérir le FPV DJI Avata, bien que celle dont vous avez besoin dépende des accessoires FPV que vous possédez déjà ou ceux que vous souhaitez utiliser.

Il est possible d'acheter le DJI Avata seul pour 579 €, et cela n'inclut pas les lunettes ou le contrôleur du mouvement. Vous pouvez toutefois recycler les accessoires du DJI FPV, si vous l’utilisez déjà.

Le bundle DJI Avata Pro View coûte 1 429 € et se veut clairement destiné à ceux qui n’ont pas adopté le drone précédent. Il comprend les nouvelles lunettes DJI Goggles 2 et le contrôleur de mouvement DJI, ainsi qu’une batterie unique.

Vous pouvez aussi opter pour le bundle DJI Avata Fly Smart Combo qui est livré avec le casque V2 au lieu des lunettes Goggles 2. Il vous sera facturé 1 149 € - ce qui en fait l'option "budget" pour les pilotes qui veulent se passer de lunettes.

DJI Avata

(Image credit: Mark Pickavance)

Pour obtenir plus de temps de vol, vous aurez besoin du kit Avata Fly More qui comprend un concentrateur de charge pour quatre batteries et deux batteries supplémentaires, au prix de 249 €. Ce n'est pas une mauvaise affaire puisque les deux batteries à elles seules coûtent 238 €.

Bien qu'elle ne fasse pas partie du lot, la radiocommande DJI FPV Remote Controller 2 peut être ajoutée pour 149 €. C’est d’ailleurs une nécessité si vous souhaitez voler en mode manuel. Au moment du lancement, DJI ne propose pas de sac de transport pour l'Avata - il vous faudra le récupérer en option… pour 119 € additionnels. 

Il n'est pas non plus livré avec un chargeur USB-C, vous devez donc en avoir un qui peut fournir au moins 30 W si vous souhaitez charger les batteries rapidement.

  • Note : 3,5/5

Design, contrôleur de mouvement et lunettes

  • Conçu pour les petits trajets
  • Plus petit et plus léger que le DJI FPV
  • Le contrôleur de mouvements est fourni par défaut 

Le design de l'Avata s’éloigne radicalement de celui du DJI FPV original, car ce modèle ne comporte aucun élément pliable, plaçant ses pales à l'intérieur d'anneaux de protection. L’Avata semble donc avoir été conçu pour supporter un grand nombre d’obstacles, sans le moindre mal. Les pales et le cadre principal du drone peuvent être remplacés, DJI fournissant les pièces de rechange - une bonne nouvelle pour les pilotes victimes d'accident malheureux.

Le DJI Avata est beaucoup plus léger que le DJI FPV (410 g contre 795 g). Il se veut de même beaucoup plus petit avec seulement 18 cm de large et 8 cm de haut, ce qui lui permet de passer dans des espaces beaucoup plus étroits. L'avant du cadre comporte une section inclinée, qui devrait faire dévier le drone vers le bas si vous décidez de passer à travers une fenêtre ou toute autre structure horizontale.

Les batteries glissent et se verrouillent dans une cage à l'arrière du drone et disposent d'un connecteur flexible reliant les lignes électriques à l’appareil. Il s'agit d'une autre caractéristique qui vise clairement à rendre la batterie plus susceptible de survivre à un crash et moins à même d'endommager d'autres parties du drone.

L'un des défauts dont souffre le DJI est que, dans certaines manœuvres, il s’avère possible de filmer les extrémités des pales dans vos vidéos. Sur l'Avata, ce problème persiste - mais uniquement lorsque les modes grand angle sont utilisés et que la caméra est dirigée vers le bas. 

Il s'agit d'un choix de conception évitant toute mise en danger de la caméra. La façon dont la caméra se niche à l'intérieur de l'avant du cadre réduit également la possibilité qu'une collision la mette en contact avec l'obstacle, à moins qu'il ne s'agisse d'une branche en saillie.

Sous l'Avata, deux capteurs orientés vers le bas permettent de calculer avec précision la distance par rapport au sol en utilisant la vision binoculaire pour établir une carte du sol.

DJI Avata

(Image credit: Mark Pickavance)

Ce qui manque à l'Avata, par rapport au DJI FPV, ce sont des capteurs orientés vers l'avant. Cela signifie que l'Avata ne dispose que de capteurs de détection du sol qui ne sont actifs qu'en modes Normal et Sport, mais pas en mode Manuel.

Dans l'ensemble, la conception de l'Avata se révèle excellente, à l'exception d'un choix maladroit : le placement du port USB-C et du logement pour carte micro SD.

Au départ, trouver l'emplacement pour carte micro SD constitue un défi, car il n'est pas situé sur le dessous, le dessus ou l'arrière. Finalement, nous l'avons trouvé sous un couvercle en caoutchouc à l'intérieur de l'un des anneaux - ce qui le rend terriblement difficile d'accès. En outre, si ce couvercle se détache, en raison de l'air qui le traverse à grande vitesse, il heurtera la pale en rotation, et cela pourrait provoquer un accident catastrophique.

En outre, à moins de retirer la pale correspondante, il est pratiquement impossible de brancher un câble USB - ce qui pourrait être nécessaire pour transférer les vidéos stockées.

Comment un placement aussi médiocre a pu passer au travers de multiples examens techniques lors de la conception de l'Avata ? C'est facilement le pire aspect de ce nouveau design.

Nous couvrirons le contrôleur de mouvements plus en détail dans la section suivante, mais il faut savoir qu’il est vendu comme seul moyen de contrôler l'Avata. Précédemment disponible pour le DJI FPV, il s'agit d'une curieuse manette à une main qui rappelle vaguement les manettes de course de slot-car rétro.

Elle comporte une grande gâchette à l'avant pour augmenter la vitesse et trois boutons actionnés par le pouce sur le dessus, dont le bouton d'arrêt d'urgence. Pour grimper et vriller, il suffit de tourner le contrôleur de mouvement.

DJI estime qu'il s'agit d'un moyen beaucoup plus facile de contrôler un drone FPV que la radiocommande DJI FPV fournie avec le drone du même nom. Vous pouvez heureusement acheter la radiocommande DJI FPV 2 en tant qu'accessoire - si vous préférez utiliser ce type de contrôleur.

  • Note : 4/5

DJI Avata

(Image credit: Mark Pickavance)

Caractéristiques principales et prise en main

  • Lunettes Goggles 2
  • Le contrôleur de mouvements est limité 

Le vol FPV se fait presque entièrement avec des lunettes, que DJI appelle Goggles. Les nouvelles Goggles 2 est une option fournie avec l'Avata, mais il fonctionnera également avec le casque V2.

Dans la plupart des cas, les lunettes Goggles 2 s’avèrent supérieures au casque V2. Mais pas à tous les égards.

Alors que les Goggles 2 offrent des dalles Micro-LED d'une résolution de 1080p pour chaque œil, par rapport à la résolution de 810p du V2, ce dernier délivre des fréquences d'images de 120 fps, alors que les Goggles 2 plafonnent à 100 fps.

Il est important de noter que la bande passante de transmission est toujours de 50 Mbps. Il s'agit donc d'un équilibre entre la résolution et le taux de rafraîchissement, les nouvelles Goggles 2 privilégiant la résolution au taux d'images par seconde.

La connexion entre le drone et les Goggles 2 s’effectue via Ocusync O3+, la dernière technologie de transmission de DJI. Selon le pays dans lequel vous volez, O3+ peut fournir une liaison vidéo et de contrôle jusqu'à 10 km, ou seulement 2 km si vous êtes basé en Europe.

La portée totale de vol de l'Avata n'est que de 11,6 km, de sorte que tout voyage de plus de 5 km risque de se terminer par une autonomie insuffisante lors du voyage retour. D'après notre expérience, vous aurez de la chance si vous dépassez quelques centaines de mètres, car le drone est conçu pour voler à basse altitude ou autour des arbres, qui peuvent interférer avec le signal.

DJI Avata

(Image credit: DJI)

Les lunettes Googles 2 utilisent une version réduite de l'application DJI Fly, ce qui signifie que vous pouvez faire voler le drone sans téléphone portable ou tablette. Il est cependant possible de connecter votre smartphone via USB-C et l'exploiter pour mettre à jour le firmware ou gérer les enregistrements effectués par l'Avata. Une association optionnelle, mais pas indispensable.

Pour contrôler l'interface limitée, les Goggles 2 disposent d'un pavé tactile sur le côté droit qui peut être utilisé pour effectuer des ajustements sur les commandes, la qualité de capture et d'autres paramètres.

Le fait qu'il soit situé à droite le rend pratique pour les pilotes droitiers, mais moins élégant pour les gauchers. Cependant, ce parti pris suppose également que les pilotes droitiers utilisant le contrôleur de mouvement dans leur main droite ne peuvent pas ajuster facilement les paramètres pendant le vol.

Comme les humains n'ont pas tous la même sensibilité oculaire, les Goggles 2 permettent à la fois un degré de réglage optique et des modifications de la distance interpupillaire.

Les oculaires peuvent être espacés de 56 à 72 mm, et le réglage de la dioptrie va de -8,0 D à +2,0 D. Ce que ces contrôles ne résolvent pas, cependant, ce sont les déficiences visuelles dues à l'astigmatisme. Pour y remédier, DJI propose quelques montures de lentilles que vous pouvez envoyer à DJI pour une personnalisation efficace, tenant compte de chaque problème de vision.

Une caractéristique légèrement surprenante de l'Avata est qu'il se révèle sensiblement plus lent que son prédécesseur. Alors que le DJI FPV atteint une vitesse impressionnante de 140 km/h en mode "manuel", l'Avata est limité à seulement 27 m/s, soit 97,2 km/h. Le DJI FPV vole à cette vitesse en mode "Sport" - l'Avata est donc nettement plus lent.

C'est une grande différence si vous souhaitez voler rapidement, mais ce n'est pas nécessairement une mauvaise chose si vous apprenez le vol FPV.

De même, tous les modes s’avèrent un peu plus lents que son prédécesseur, le mode "normal" n'offrant que 8 m/s et le mode "sport" 14 m/s. De plus, la vitesse de montée est plafonnée à seulement 6 m/s quel que soit le mode, alors que le FPV n'a aucune limite de vitesse de montée en mode manuel (elle est de 15m/s en mode sport).

Si nous comparons ces performances à celles du DJI Mavic 3, l'Avata se montre un peu plus rapide, mais pas de façon spectaculaire. Ce que l'on peut retenir de ces chiffres, c'est que l'Avata est conçu davantage pour des vols plaisir ou à visée cinéaste.

Le temps de vol indiqué est de 18 minutes en vol stationnaire, et comme les drones FPV ne volent généralement moins longtemps, il faut s'attendre à un temps de vol réaliste plus proche de 12 minutes. Les batteries de vol intelligentes d'Avata ont une capacité de 2420 mAh chacune. Il faut environ une heure pour les recharger.

Il convient de noter qu'avec l’Avata, vous allez devoir recharger de nombreuses batteries, et pas seulement celles du drone. Les Goggles 2 doivent être alimentées et tiennent environ 110 minutes par charge.

Le contrôleur de mouvements DJI fonctionne pendant environ cinq heures et nécessite 2,5 heures de recharge, tandis que la radiocommande DJI FPV 2 offre une autonomie de neuf heures et se recharge dans le même temps. Cela signifie que décider de voler spontanément et découvrir ensuite que vous êtes en manque d’autonomie pourrait faire capoter votre vol aisément.

Par défaut, l'Avata est livré avec le DJI Motion Controller, ce qui constitue un choc culturel pour quiconque a piloté un drone à l'aide d’une radiocommande à deux sticks. L'idée derrière cette manette est d'offrir un moyen plus intuitif de piloter l'Avata, mais cette logique s'accompagne d'un grand nombre d'avertissements.

DJI Avata

(Image credit: Mark Pickavance)

Avec cette manette en effet, vous ne pouvez pas faire de transition verticale ou voler en arrière. Pour pallier ces limitations, elle dispose de boutons spécifiques pour le décollage et l'atterrissage, mais ceux-ci ne sont d'aucune utilité si vous devez faire tourner le drone dans un espace restreint.

Le concept de base est que le drone vole en avant vers ce que vous pointez, et la grande gâchette à l'avant définit la vitesse. Si vous voulez monter, vous inclinez la manette pour que le drone puisse voir vers le haut et appliquer un peu de puissance, et de même pour descendre.

Si le vol devient dangereux, et cela peut arriver, le grand bouton sur le dessus permet de stopper la course et, dans la limite du raisonnable, il peut mettre le drone en vol stationnaire. Un bonus supplémentaire du bouton de freinage est qu'il vous permet de réinitialiser l'inclinaison du contrôleur de mouvements, vous permettant de tourner à 180 degrés.

C'est un peu maladroit et le contrôleur de mouvements n'est pas adapté pour voler à travers un bâtiment ou des espaces restreints. 

Il est révélateur que le contrôleur de mouvements permette au drone de passer du mode de vol Normal au mode de vol Sport, mais il ne prend pas en charge le mode Manuel, qui serait une recette parfaite pour s'écraser.

L'utilisation de la radiocommande DJI FPV Remote Controller 2 est plus intuitive pour les pilotes de drones expérimentés. Combinée à l'excellente vue fournie par les lunettes Goggles 2 et à l'agilité de l'Avata, elle permet un vol de précision simplifié et un haut degré d'exaltation lorsque nous volons à ras du sol ou entre les cimes des arbres. En bref, voler avec l'Avata reste un plaisir authentique.

  • Note : 4/5

DJI Avata

(Image credit: Mark Pickavance)

Qualité photo et vidéo

  • Capteur CMOS 1/1,7 pouce
  • Jusqu'à 120 images par seconde à 2,7k
  • Capture 4K D-Cinelike 

Si les pilotes FPV veulent obtenir la meilleure qualité vidéo, ils attachent généralement une caméra d'action à leurs machines, ce qui les rend encore plus difficiles à piloter.

Ce n'est pas nécessaire avec l'Avata puisque la caméra du drone est plus que suffisante pour capturer des vidéos en résolution 4K à 60 fps ou des taux d'images plus élevés à 2,7K et 1080p.

Le capteur est une amélioration significative par rapport à la version précédente, avec un capteur de 1/1,7 pouces (contre 1/2,3 pouces pour le DJI FPV). La caméra Avata offre presque 64% de surface en plus pour capturer la lumière (43 mm carrés contre 28,46 mm carrés pour le DJI FPV).

Cela permet non seulement une plus grande sensibilité dans des conditions de faible luminosité, mais aussi une plus grande plage dynamique lors de l'étalonnage des séquences en post-production.

En mode "Auto", la caméra fonctionne dans une plage ISO de 100 à 6400, mais les paramètres manuels permettent de la régler jusqu'à ISO 25600 afin de capturer des scènes de nuit.

Alors que le capteur DJI FPV compte sur une résolution de 12 Mpx, le nouveau capteur présente une résolution de 48 Mpx. Cependant, nous soupçonnons qu'il est boosté par l'utilisation intelligente de filtres de suréchantillonnage plutôt que par un capteur matériel - cette amélioration logicielle permet d'obtenir des vidéos et des photos beaucoup plus nettes.

Souvent, la taille du capteur est surdimensionnée pour l’enregistrement vidéo, et seule une petite partie de celui-ci s’avère utilisée pour atteindre la résolution 4K maximale. Ce que DJI a fait avec l'Avata, c'est exploiter une partie de cette optimisation pour ajouter une nouvelle fonctionnalité, HorizonSteady.

Comme le DJI FPV, l'Avata dispose de la même technologie de lissage RockSteady qu'auparavant, mais la société a ajouté HorizonSteady, qui crée des séquences stables sans que la structure du drone soit visible dans les séquences.

Cette fonction s'est avérée pratique en situation de météo venteuse. Sans HorizonSteady actif, l’angle vidéo se révélait trop incliné, même en volant en ligne droite. Ces deux fonctions peuvent être désactivées, mais pour les vidéastes sérieux qui souhaitent gagner du temps en post-production, elles sont inestimables.

En vol stationnaire, le drone peut être fortement incliné pour rester en position, et l'absence d'axe de cardan (autre que le regard vers le bas) apparaît comme une limitation lorsqu'on essaie de prendre des photos. Si c'est un problème, alors sans doute avez-vous besoin d'un drone avec caméra comme le DJI Mini 3 Pro, plutôt qu'un drone conçu pour le vol immersif.

Une autre caractéristique pratique est que l'Avata dispose de 20 Go de stockage interne, de sorte qu'oublier d'ajouter un support de stockage externe n'est pas une catastrophe. Vous pouvez configurer cet espace pour qu'il soit exploité même si vous insérez une carte micro SD, afin d'éviter qu'une erreur de carte ne gâche votre capture.

Les lunettes Goggles 2 peuvent aussi accueillir une carte micro SD. Les images capturées ici le sont en résolution 1080p et superposent divers types de données - ce qui peut s'avérer crucial pour quiconque tente de comprendre pourquoi un accident s'est produit ou à quelle vitesse le drone se déplaçait à un moment donné.

  • Note : 4/5

Photo prise avec le DJI Avata

(Image credit: Mark Pickavance)

Faut-il ajouter le DJI Avata ?

DJI Avata

(Image credit: DJI)

Achetez-le si...

Vous voulez apprendre à piloter des drones FPV
Le DJI Avata a été conçu pour faciliter le vol FPV pour ceux qui débutent. Bien qu'il ne dispose pas de la détection de collision avant du DJI FPV, il vole plus lentement et n'attend pas de miracles des nouveaux pilotes. Cependant, c'est un investissement important si vous n'aimez pas ce type d’expérience.

Vous avez besoin d’un drone FPV prêt à l'emploi
Quiconque se lance dans l’apprentissage du vol FPV se rendra compte qu'il doit faire de nombreux compromis ralentissant votre formation. Le DJI Avata vous fournit une solution prête à l'emploi où le casque/les lunettes, le contrôleur et le drone sont tous conçus pour fonctionner ensemble de manière optimale.

Vous souhaitez voler sans danger
Grâce à son excellente caméra et à sa capacité à gérer les collisions sans s'écraser, le DJI Avata est parfaitement adapté à la réalisation de vidéos volantes dans des espaces confinés, à l'intérieur comme à l'extérieur. Et il est suffisamment rapide pour suivre un véhicule si vous souhaitez réaliser des films d'action avec lui.

Ne l'achetez pas si...

Vous pilotez en solo
La plupart des pays ont des règles strictes en matière de vol FPV qui exigent qu'un observateur surveille constamment la trajectoire du drone. Évidemment, avec les lunettes immersives, ce n'est pas possible pour le pilote, ce qui nécessite un co-pilote. Cela peut être un problème pour certains et une expérience relativement passive pour la personne qui vous accompagne.

Vous disposez d’un budget limité
Si le DJI Avata est prêt à voler presque immédiatement après déballage, cet équipement présente un prix assez élevé. Il est possible d'acheter ou de monter des drones FPV pour un prix bien inférieur, qui conviendrait mieux à ceux qui s'initient aux vols immersifs. Comme l'Avata utilise des lunettes, des batteries et des contrôleurs entièrement propriétaires, il n'est pas possible d'acheter le drone et de l'associer à un contrôleur ou un casque open-source.

Vous recherchez un drone de course
Le DJI Avata est facile à piloter et très maniable, mais il est trop gros et trop lent pour faire office de drone de course. Non pas que vous ne puissiez pas l’opposer à d'autres Avata. Mais cet appareil n'a pas été conçu dans ce but, et le coût de son endommagement répété pourrait s'avérer excessif.

Mark is an expert on displays, reviewing monitors and TVs. He also covers storage including SSDs, NAS drives and portable hard drives. He started writing in 1986 and had contributed to MicroMart, PC Format, 3D World among others.