Skip to main content

Test UleFone Power Armor 14 Pro

Le Mjölnir des téléphones mobiles

UleFone Power Armor 14 Pro
(Image: © Mark Pickavance)

TechRadar Verdict

Conçu pour les environnements extrêmes, ce smartphone professionnel est presque trop grand pour son bien. Il offre un excellent rapport qualité-prix, mais l'absence du support 5G et de la capture vidéo 4K le rend légèrement rebutant en 2022.

Pros

  • +

    Abordable

  • +

    Tourne sous Android 12

  • +

    Batterie de 10 000 mAh

  • +

    Protection IP68 et IP69K

Cons

  • -

    Pas d’enregistrement vidéo 4K

  • -

    Réseaux 5G non pris en charge

  • -

    Lourd et volumineux

UleFone est un constructeur chinois de smartphones robustes qui, depuis sa création en 2006, n'a cessé de proposer des modèles abordables et dotés de nombreuses fonctionnalités pratiques.

Bien qu'il conçoit des smartphones adaptés à toutes les poches, les modèles UleFone les plus réussis sont ceux de la série Power, omniprésente chez les travailleurs de terrain. Ces smartphones incassables combinent un haut degré de robustesse avec une batterie immense - ce qui les rend indispensables pour de longs détachements en pleine nature. 

Aujourd'hui, nous allons examiner le dernier modèle de cette série, l'UleFone Power Armor 14 Pro, et nous demander s'il existe des limites pratiques à la taille et au poids qu'un smartphone peut concéder, sans perdre de sa praticité.

UleFone Power Armor 14 Pro

(Image credit: Mark Pickavance)

Prix et disponibilité

Le Power Armor 14 Pro ne coûte que 259,99 € chez AliExpress (plus frais d'expédition), soit environ 20 € de plus que le Power Armor 14, moins performant.

Vous pouvez acheter en supplément divers accessoires comme une coque de protection consolidée et dotée d'un clip de ceinture ainsi que d'un mousqueton, ce bundle vous de mandera un investissement additionnel de 30 €. Tout comme le chargeur sans fil qui vous permet de composer sans prise murale à proximité, pour donner un coup de boost à votre appareil mobile.

UleFone Power Armor 14 Pro

(Image credit: Mark Pickavance)

Design

Ce qui se révèle encourageant avec les smartphones robustes, c'est qu’ils ressemblent de moins en moins à des gadgets échappés d'œuvres de science-fiction datant du siècle dernier.

Bien qu'indéniablement massif, le Power Armor 14 Pro conserve des lignes discrètes. Et par endroits, il frise même l'élégance.

Cela dit, il reste un smartphone monumental avec un énorme écran IPS TFT de 6,52 pouces qui pèse un poids impressionnant de 357 g, sans compter la coque de protection additionnelle. C'est 60 grammes de plus que le Jesy J20 et le Doogee V20 et seulement quelques grammes en trop par rapport au Blackview BV8800.

Avec une telle masse et un dos relativement lisse (son module photo demeurant en retrait), c'est un modèle qui doit trouver sa place dans une poche zippée. Sans ça, il risque de s’échapper occasionnellement de votre jean ou de votre pantalon.

Concernant la connectivité, le Power Armor 14 Pro arbore une disposition simplifiée des boutons et des ports - la plupart des utilisateurs les localiseront immédiatement. Ainsi, sur le côté droit, on trouve une bascule de volume, un lecteur d'empreintes digitales à double fonction et un bouton d'alimentation. Ce qui permet un déverrouillage très naturel avec la main droite.

À l'inverse, le côté gauche donne accès au logement de la carte SIM et à un bouton programmable par l'utilisateur qui permet de prendre des photos, d'activer une lampe pour éclairer les zones les plus sombres.

Le bord inférieur dispose d'un port USB-C central pour recharger votre appareil mobile et transférer des données. Il est couvert par une protection en caoutchouc pour maintenir l'étanchéité.

Un autre socle caoutchouteux, visible sur le bord supérieur, couvre une prise audio de 3,5 mm. Une caractéristique de plus en plus rare sur les configurations Android modernes.

UleFone Power Armor 14 Pro

(Image credit: Mark Pickavance)

Le plus gros inconvénient ici est sans aucun doute la taille du téléphone, car il ne tiendra pas facilement dans un pantalon ou une poche de chemise. Compte tenu de la nature robuste de son design, il semblait représenter un bon candidat à la fonction de radiocommande pour drone. Néanmoins, il demeure bien trop épais pour s'insérer dans le contrôleur standard de DJI.

Dans l'ensemble, de nombreux utilisateurs professionnels penseront que, quelle que soit la technologie qu'il renferme, cela ne justifie pas d'avoir à traîner une structure aussi encombrante sur eux. Sauf si vous achetez la coque supplémentaire.

UleFone Power Armor 14 Pro

(Image credit: Mark Pickavance)

Caractéristiques principales

Spec Sheet

Voici la configuration complète de l'UleFone Power Armor 14 Pro évaluée par notre rédaction :

CPU : MediaTek Helio G85 Octa Core 2.0GHz
GPU : Arm Mali-G52 MC2
RAM : 6 Go LPDDR4X
Stockage : 128 Go (carte micro SD jusqu'à 1 To)
Ecran : 6,52" IPS TFT
Résolution : 720 x 1600
SIM : Nano + Nano/T
Poids : 357 g
Dimensions : 175,6 x 82,5 x 17,2 mm
Protections : IP68, IP69K and MIL-STD-810H
Caméra : 20 Mpx + 2 Mpx + 2 Mpx (SONY IMX350)
Caméra frontale : 16 Mpx (SONY IMX481)
OS : Android 12
Batterie : 10 000 mAh

Beaucoup de smartphones chinois récemment sortis intègrent des SoC MediaTek, et celui-ci ne fait pas exception. Il embarque la toute nouvelle puce octa-core Helio G85.

C'est un cran au-dessus de l’Helio G35 que possède le modèle non pro, mais légèrement en dessous des performances du chipset Qualcomm Snapdragon 480 qui se trouve dans le Moto G51 et une foule de modèles Nokia next-gen.

Pour une utilisation générale, le SoC Helio G85 combiné à 6 Go de RAM et 128 Go de stockage devrait convenir à la plupart des utilisateurs. Le stockage peut être étendu à l'aide d'une carte Micro SD allant jusqu'à 1 To.

L'écran, comme sur tant de téléphones chinois, affiche une résolution étrange de 720 x 1600 pixels, qu’UleFone a décidé de qualifier de "HD+". Vous ne bénéficierez pas d’une définition assez avancée pour lire une vidéo 1080p en pleine qualité. Cette dale compose en outre avec des coins arrondis et une découpe pour la caméra frontale, ce qui réduit encore plus la résolution utilisable.

Cela peut sembler constituer une réelle limitation jusqu'à ce que vous réalisiez que la meilleure résolution vidéo que le capteur de l'appareil photo SONY IMX350 peut capturer est de 1080p, et que le SoC Helio G85 ne dispose pas de la sécurité de chiffrement vidéo pour accéder au contenu diffusé en streaming par Netflix, Disney ou Amazon… à plus de 480p.

Ces problèmes ne sont pas spécifiques à UleFone, car ils s’avèrent présents sur tous les téléphones chinois de Blackview, Jesy et Doogee que nous avons examinés l'année dernière et qui utilisent des SoC MediaTek, ainsi que des capteurs photo SONY.

L'autre limite importante de cette conception est qu'elle ne prend pas en charge la 5G, seulement la 4G. Pour les régions où la réception 5G est possible, cela pourrait représenter un frein conséquent. Du moins, ça le serait si le streaming 4K entrait dans la liste des possibilités du Power Armor 14 Pro. Ce qui n'est pas le cas.

Dans la colonne des avantages, ce modèle peut accepter des cartes SIM doubles, si vous choisissez de ne pas héberger une carte Micro SD, ce qui lui permet de passer facilement d'un opérateur mobile à l'autre.

Si l'absence d'un écran avec une résolution suffisante pour lire des vidéos 1080p ou mieux, la faible résolution de capture vidéo, le SoC MediaTek et la connexion mobile 4G sont tous moins qu'optimaux. Ils permettent toutefois à UleFone de proposer un design moderne très fonctionnel et robuste, avec Android 12 à bord pour un prix relativement abordable.

Un autre élément positif réside dans la monstrueuse batterie de 10 000 mAh. UleFone revendique par son biais une endurance maximale de 540 heures en mode veille, contre 54 heures pour un usage standard incluant des appels téléphoniques réguliers.

Le chargement est également rapide, car le port USB-C supporte une charge rapide de 18W, et elle peut même monter à 15W via la charge sans fil Qi.

Le SONY IMX350 est peut-être nul pour l’enregistrement vidéo, mais l'ouverture f/1,8 et l'objectif à six éléments permettent de capturer des images fixes jusqu'à une résolution de 3840 x 5120 pixels. Dans cette configuration photo, l'appareil principal est soutenu par une caméra macro f/2,8 de 2 Mpx et un capteur de profondeur.

Les images se veulent nettes et vibrantes et la plupart du temps exemptes d'aberrations chromatiques significatives.

UleFone Power Armor 14 Pro

(Image credit: Mark Pickavance)

Le capteur frontal est un SONY IMX481, offrant une ouverture f/2.2 et utilisant un objectif à cinq éléments qui peut enregistrer des vidéos en 1080p.

Les vidéos et les photos peuvent être prises sous l'eau, mais nous ferions preuve de prudence avant d'emmener le Power Armor 14 Pro bien en dessous de la surface. Car si le smartphone apparaît classé IP68 (profondeur maximale de 1,5 mètre pendant 30 minutes) selon la norme CEI 60529, le laisser tomber à une profondeur supérieure à la spécification ou le garder immergé plus longtemps peut s'avérer désastreux. Et, pour mémoire, les dommages causés par les liquides ne sont pas couverts par la garantie.

Il est par ailleurs conforme à la norme IP69K de l'IEC 60529, un autre classement laissant envisager une protection efficace contre la poussière et le rinçage à haute pression.

Comme la plupart des smartphones robustes citant la certification MIL-STD-810G, le Power Armor 14 Pro est conçu pour supporter les accidents et les maladresses à un degré bien plus élevé que les appareils mobiles ordinaires. Mais il est loin de s’avérer indestructible.

Performances

Benchmarks

Geekbench : 542 (monocoeur) ; 1658 (multicoeur)
PCMark (Work 3.0) : 8415
Passmark : 9361
Passmark CPU : 4528
3DMark Slingshot : 3472 (OGL)
3DMark Slingshot Extreme : 2456 (OGL). 2196 (Vulkan)
Wild Life : 1103 (Vulkan)
HWBot Prime : 4852

Les performances de l'UleFone Power Armor 14 Pro restent un peu décevantes par rapport à la multitude de modèles robustes qui utilisent le SoC MediaTek Dimensity 700.

Cependant, cette déception ne provient pas vraiment du CPU et de lui seul, mais du GPU ARM Mali-G52 qui fait partie de l'ensemble représenté par le SoC. Le Doogee V20, le Jesy J20 et le Blackview BV8800 ont tous adopté (avec succès) l'ARM Mali-G57, plus puissant, à différentes fréquences d'horloge.

Un bon exemple de la différence séparant les deux GPU est le score 3DMark Slingshot de 1825 points pour l’ARM Mali G-52, alors que tous les téléphones dotés de l’ARM Mali-G57 ont obtenu plus de 3400 points via ce benchmark. Les performances de ce téléphone sont beaucoup plus proches de celles de la combinaison Snapdragon 660 + Adreno 512 que l'on retrouve dans le CAT S62 Pro.

Il est raisonnable de se demander si la plupart des utilisateurs remarqueront la différence, et cela dépend s'ils exécutent souvent des jeux mobiles. Pour ceux qui le font, ce n'est pas la plateforme idéale, car elle manque de la puissance GPU nécessaire à ce type d’usage.

Pour les utilisateurs moins exigeants, c'est une machine puissante qui est très réactive pour ceux qui utilisent la suite typique d'applications Android. Qui plus est, l'autonomie s’avère, comme on pouvait s'y attendre, remarquable lorsque l'on a autant de mAh sous le capot.

Image 1 sur 7

Images taken with UleFone Power Armor 14 Pro

(Image credit: Mark Pickavance)
Image 2 sur 7

Images taken with UleFone Power Armor 14 Pro

(Image credit: Mark Pickavance)
Image 3 sur 7

Images taken with UleFone Power Armor 14 Pro

(Image credit: Mark Pickavance)
Image 4 sur 7

Images taken with UleFone Power Armor 14 Pro

(Image credit: Mark Pickavance)
Image 5 sur 7

Images taken with UleFone Power Armor 14 Pro

(Image credit: Mark Pickavance)
Image 6 sur 7

Images taken with UleFone Power Armor 14 Pro

(Image credit: Mark Pickavance)
Image 7 sur 7

UleFone Power Armor 14 Pro

(Image credit: Mark Pickavance)

UleFone Power Armor 14 Pro dans l'eau

(Image credit: UleFone)

Pour conclure...

Les constructeurs de smartphones tout-terrain ont tendance à privilégier aujourd’hui une expérience utilisateur complète pour un coût de production minimum. UleFone n’échappe pas à cette tendance. 

Par conséquent, le SoC, les capteurs photo et la conception finalisés copient ceux de la demi-douzaine de modèles chinois concurrents que nous avons vus sortir tout au long de l’année dernière. 

Ce qu'UleFone délivre plus spécifiquement avec le Power Armor 14 Pro, ce sont des économies sur le support 5G et le GPU, afin d’investir dans une batterie plus colossale que celle de bon nombre de rivaux incassables.

Si l'autonomie offerte reste votre critère d’achat principal, alors le Power Armor 14 Pro est conçu pour vous - sauf si vous jouez beaucoup ou si vous appréciez enregistrer des vodéos 4K en déplacement.

Le prix, très abordable, peut lui aussi être attrayant. Cependant, il ne faut pas oublier qu'il s'agit d'un téléphone fabriqué à faible coût, donc avec des composants d’entrée de gamme.

Pour ceux qui s'enfoncent dans la jungle ou le désert et qui veulent éviter de prendre un smartphone haut de gamme à l'autonomie médiocre, le Power Armor 14 Pro peut s'avérer un investissement solide. Mais ne vous attendez pas à ce qu'il soit aussi performant qu'un appareil qui coûte le double ou le triple de son prix.

Mark is an expert on displays, reviewing monitors and TVs. He also covers storage including SSDs, NAS drives and portable hard drives. He started writing in 1986 and had contributed to MicroMart, PC Format, 3D World among others.