Skip to main content

Test de l’Amazon Echo 2019

L’ultime enceinte connectée Amazon rendrait-elle toutes les autres obsolètes ?

Amazon Echo 2019
(Image: © TechRadar)

Notre verdict

Voici trois générations maintenant qu’Amazon tente de s’inviter chez vous, avec un assistant personnel qui s’efforce d’imiter ceux de Google et d’Apple et une politique tarifaire très agressive. Si la qualité audio manquait jusqu’ici à l’appel, l'Amazon Echo édition 2019 corrige le tir. Les performances sont là, le design et les fonctionnalités indispensables aussi. Une enceinte connectée innovante ? Plutôt une Echo Plus vendue à très bas prix. Et c’est déjà un grand pas face à une concurrence routinière.

Pour

  • Scène sonore améliorée
  • Profils vocaux personnalisés
  • Prise en main simple et rapide
  • Mise à jour d’Alexa

Contre

  • Pas grand chose de nouveau depuis l'Echo Plus…
  • … Le hub Zigbee en moins

La rentrée 2019 d’Amazon fut sacrément riche en annonces. L’empire de Jeff Bezos s’est montré généreux en lancement de nouveaux produits connectés, des lunettes Echo Frames aux enceintes Dolby Atmos Echo Studio, en passant par la prise-enceinte Echo Flex. En tête de ce catalogue alléchant, une référence a mobilisé l’attention des technophiles : la mise à niveau d'Amazon Echo qui vient répondre à la gamme toute fraîche des Google Nest.

Mais peut-on réellement mentionner une mise à niveau ? La troisième génération Amazon Echo ressemble en effet, presque trait pour trait, à l’Echo Plus de seconde génération, sortie un an auparavant. Ergonomie identique, fiche technique quasi calquée, les deux modèles s’avèrent indiscernables lorsqu'ils sont placés l'un à côté de l'autre. Amazon a tout juste distingué sa dernière enceinte par quelques options de coloris supplémentaires.

Pourtant, à y regarder de plus près, cette Amazon Echo 3 apporte trois touches majeures : l’intégration du son Dolby, l’assistant Alexa revu et corrigé et un prix toujours le plus bas possible. Pas de réelle innovation mais une volonté certaine de s’imposer sur le marché des enceintes intelligentes avec un rapport qualité-prix compétitif. Et il est clair que le nouvel Amazon Echo ne fait qu’ouvrir la voie à la multitude d’objets connectés Amazon qui déferleront dans nos foyers durant cette décennie.

Prix et disponibilité de l’Amazon Echo 2019

C’est l’argument numéro un d’Amazon : pour moins de 100 € (99,99 € exactement), vous accédez à la copie de l’Echo Plus qui, lui, vaut 149,99 € - avec une ou deux fonctionnalités supplémentaires tout de même. Mieux encore, l’Echo de 2019 ose se vendre au prix actuel de son prédécesseur, un modèle qui accuse deux ans d’âge. Avec une telle baisse de prix, le géant du commerce en ligne prend le risque de tuer ces deux enceintes phares, au profit de leur synthèse à peine améliorée.

Notre Echo 3 coûte également 99 centimes de plus que sa rivale directe, la Google Home. Une enceinte intelligente qui demeure LA référence à abattre… mais qui va souffler ses quatre bougies cette année. En 2020, l’effet nouveauté profite donc complètement à Amazon.

Design de l’Amazon Echo 2019

Amazon Echo 2019

Amazon Echo 2019 vs Amazon Echo Plus 2018 : voyez-vous la différence ?  (Image credit: TechRadar)

Oubliez l’aspect « boîte de conserve » de la première génération. La gamme d’enceintes Amazon Echo s’est grandement embellie depuis, particulièrement avec l’arrivée de l’Echo Plus 2 en 2018. Un modèle cylindrique qui s’est débarrassé des arêtes disgracieuses du produit originel, les remplaçant par des bords arrondis. Le tout revêtu presque intégralement de tissu anthracite, gris chiné ou sable. C’est cette finition élégante et premium qu’a décidée d’adopter l’Echo de 2019, en ajoutant même un quatrième coloris (bleu gris). Ses dimensions peu encombrantes (148 x 99 x 99 mm pour un poids de 780 g) finissent d’en faire un élément décoratif idéal dans votre salon comme dans votre cuisine ou votre bureau.

Du côté des commandes tactiles, l’Echo 3 est assez épuré avec quatre boutons sur le sommet de l’enceinte. Deux pour baisser ou augmenter le volume, un pour activer Alexa et le dernier pour allumer / éteindre le microphone intégré. Et bien sûr, l’anneau lumineux qui change de couleur en fonction des indications d’Alexa (vert quand vous recevez un appel, jaune quand il s’agit d’une notification, bleu cyan lorsque l’assistant vous écoute…)

Sur le flanc latéral enfin, vous trouverez deux sorties : le port d’alimentation et une sortie AUX de 3,5 mm pour connecter - si vous le désirez - votre Echo à une enceinte ou des haut-parleurs plus performants. Un caprice de mélomane puisque le son Dolby assure déjà une très bonne scène sonore.

Amazon Echo 2019

(Image credit: TechRadar)

L’Echo 2019 est bel et bien un clone de l’Echo Plus 2018, à une différence notable près (nous ne comptons pas le dernier coloris bleu gris). L’ultime enceinte d’Amazon n’inclut pas le hub Zigbee qui permet d’associer une gamme plus large d'appareils connectés pour la maison. Au-delà des principales marques compatibles avec Amazon Alexa telles que Philips Hue, WeMo, Belkin ou Samsung SmartThings.

Nouvelle Amazon Echo = nouvel Alexa !

Amazon Echo 2019

Quand la lumière est bleue, vous savez qu'Alexa écoute (Image credit: TechRadar)

La réputation d’Alexa a causé beaucoup de tort à la vente des Amazon Echo de première et seconde génération. Les ingénieurs ont eu beau corriger le tir en matière de respect de la vie privée et de collecte des données personnelles, l’assistant est toujours considéré comme un super-espion. Avec le lancement de la troisième génération, Alexa montre de nouveau patte blanche et permet à l’utilisateur de régler, avant mise en marche, les paramètres de confidentialité. A l’image de n’importe quel service Google.

Mais la vraie progression de l’assistant personnel d’Amazon s’opère sur la plateforme Alexa Skills. Celle-ci compte, à l’heure actuelle, plus d’une centaine de milliers d’applications et de fonctionnalités prises en charge. En France, les radios, les médias d’information en temps réel et les apps jeunesse, comme « Les petites histoires » ont le vent en poupe. Cette exhaustivité, si elle est appréciable, peut parfois créer de la frustration car bon nombre d’applications ont besoin d’être installées et configurées avant couplage avec Alexa. Reste que les apps les plus plébiscitées (streaming, infos, météo, jeux) sont exécutés rapidement, sans latence.

En outre, le fait de ne plus avoir d’application imposée par défaut finit de rompre avec l’austérité de l’Echo originelle. Maintenant, vous pouvez demander à Alexa de lancer votre album musical préféré sur Spotify, Deezer, Tidal, Qobuz et non plus uniquement sur Amazon Music.

Alexa conserve toutefois deux défauts majeurs. Il peine d’abord à localiser et appairer à l’enceinte connectée d’autres appareils Bluetooth - TV, système audio multiroom, domotique - qui ne sont pas inscrits dans sa liste de partenaires. Il vous faudra fréquemment configurer manuellement les ajouts et nous vous conseillons d’ailleurs de désactiver vos appareils sans fil à proximité pendant l’installation de votre nouvelle Amazon Echo.

Second problème : si les capacités de reconnaissance vocale d'Alexa se sont naturellement améliorées après plusieurs années de recherche et développement, l’IA s'excuse encore occasionnellement de « ne pas comprendre » votre demande. Une anomalie qui secoue aussi l’assistant Google à l’aube des 2020’s. Bon point pour Amazon : le constructeur invite ses utilisateurs à retourner le produit si la fréquence d’incompréhension d’Alexa devient trop élevée.

Qualité audio de l’Amazon Echo 2019

Amazon Echo 2019

(Image credit: TechRadar)

En présentant son Echo 3 en septembre 2019, Amazon a garanti « la même architecture audio que l'Echo Plus, avec un subwoofer de 3 pouces et un tweeter, ainsi que le son Dolby pour renforcer les basses et clarifier les médiums et les aigus ».

Il y a une nette amélioration par rapport à l’Echo de deuxième génération, avec des basses plus affirmées et un environnement sonore profond. Même si le niveau de détails acoustique se fait un peu plus désirer sur les fréquences moyennes.

Les critiques fusaient sur les deux premières enceintes de la gamme Echo, concernant la retransmission des voix. Qu’il s’agisse du timbre haché d’Alexa comme des voix enregistrées sur les différentes applications compatibles. L’Echo de 2019 a fait du vocal une incroyable force. C’est d’ailleurs l’une de nos enceintes préférées pour écouter des podcasts, des fils d’actualité audio et autres émissions radiophoniques.

Le réseau de micros est également exceptionnel. L'Amazon Echo 2019 se révélant capable de capter vos commandes à peine murmurées jusqu'à 3 mètres de l’appareil. Cerise sur le gâteau : Alexa a rattrapé son retard sur Google Assistant et Siri, proposant désormais à ses utilisateurs d’inscrire plusieurs profils vocaux (un pour chaque membre de la famille ou du foyer). Idéal pour obtenir des interactions avec l’enceinte totalement personnalisées.

Amazon Echo 2019

(Image credit: TechRadar)

Comme écrit précédemment, il est possible d’utiliser le port auxiliaire pour appairer l’Echo 3 avec de meilleures enceintes Amazon, telles que l’Echo Studio et ses 5 haut-parleurs Dolby Atmos qui fournissent l’expérience de streaming musical la plus avancée à prix abordable.

Pour conclure…

Ne cherchez pas l’innovation dans le moindre millimètre de l'Amazon Echo édition 2019. Vous n’y trouverez que le reflet de l’Echo Plus lancée en 2018. Mais là où Google Home stagne depuis quatre ans, vous disposez enfin ici d’une enceinte intelligente avec une qualité sonore intéressante, un assistant personnel en pleine évolution, compatible avec un catalogue quasi illimité de services et d’applications. Outrage ultime : la 3e génération est commercialisée au prix de la seconde.

Une économie budgétaire qui vous invite à investir dans d’autres enceintes compétitives d’Amazon, comme l’Echo Studio, et vous créer un système multiroom de qualité supérieure. Avec sa nouvelle famille Echo puissante et abordable, Amazon réussit ainsi à mettre en place une stratégie de complémentarité entre ses différents services et appareils. De quoi faire trembler un peu plus Google.