Skip to main content

Facebook Workplace peut-il écraser Google Meet et Microsoft Teams ?

Facebook Workplace
(Crédit photo: Facebook)

Facebook est plus que déterminé à faire adopter Workplace, sa plateforme collaborative de vidéoconférence, par les entreprises ayant fait le choix du télétravail. Un certain nombre de nouvelles fonctionnalités ont ainsi été récemment dévoilées, notamment la création et la personnalisation de groupes de travail, la possibilité d’utiliser des bots ou encore l’intégration de logiciels tiers.

Cette initiative souligne les efforts de Facebook pour élargir son offre d’applications et de services destinés aux entreprises. Ce dans une nouvelle réalité professionnelle où le télétravail est amené à devenir la norme. Une transformation qui impose aux entreprises des une évolution de leurs stratégies numériques pour rester à flot, mais aussi des outils pour y parvenir.

La pandémie du Covid-19 et les mesures de confinement nécessaires pour ralentir sa progression ont déclenché une adoption massive des applications de vidéoconférence telles que Zoom et Google Meet, ainsi que d'outils de collaboration comme Slack et Microsoft Teams.

Facebook : vers une confusion des univers pro et perso ?

Facebook Workplace compte actuellement 5 millions d'abonnés, dont un million d'utilisateurs de la version gratuite (baptisée Essential). Les versions payantes plus avancées coûtent, elles, entre 4 et 8 dollars par mois et garantissent des solutions complémentaires à l’instar de la gestion des communautés de membres ou de la prise en charge d’applications tierces.

Parmi celles-ci, considérons Rooms, application de messagerie vidéo instantanée pour créer des réunions en ligne informelles. Lancée à la fin du mois d’avril, la solution est l’une des plus plébiscitée par les utilisateurs de Workplace. Point fort de cette nouvelle fonction : les personnes extérieures à un groupe de travail Workplace peuvent participer à la réunion si elles ont reçu préalablement le lien URL redirigeant vers cette dernière. Tout comme sur Zoom.

Julien Codorniou, vice-président de Workplace, souhaite que ces fonctionnalités inédites s’étendent progressivement à l’ensemble de l’écosystème Facebook. Les membres natifs du réseau social n°1 pourraient en effet considérer Facebook comme un outil de travail à part entière, en plus d’une messagerie. Ils en deviendraient les premiers ambassadeurs, reliant leur connexions pro et perso dans une seule et même interface. Un mélange des genres apprécié ? L’avenir post-Covid-19 nous le dira.

Via: TechCrunch